Soutenir le mouvement mondial CLT

Chuck Matthei

(1948-2002)

Chuck Matthei

Matthei a grandi dans une banlieue aisée de Chicago. Élève brillant, il a été accepté par l'Université de Harvard. Mais il s'est détourné en cours de route. Alors qu'il était encore au lycée, il lisait régulièrement un bulletin publié par les Peacemakers. C'était la période juste avant l'assassinat de Martin Luther King, lorsque la philosophie de la non-violence de King l'avait amené à combiner de plus en plus sa lutte contre la ségrégation avec la défense des pauvres et l'opposition à la guerre du Vietnam. Ce mélange enivrant de droits civiques, de justice économique et d'activisme anti-guerre était précisément ce que les Peacemakers prêchaient depuis 1948 – une concoction morale que Matthei trouvait assez enivrante. Diplômé du lycée à l'été 1966, il a sauté sur sa moto et s'est dirigé vers Cincinnati pour rencontrer en personne les artisans de la paix sur lesquels il avait lu : Wally et Juanita Nelson, Earnest et Marion Bromley ; et le révérend Maurice McCrackin.

Matthei n'est jamais arrivé à Harvard. Au lieu de cela, suivant les traces des Nelson, Bromleys, et McCrackin, Matthei est devenu un résistant fiscal et un activiste social de longue date. Il est devenu un ami proche de Dorothy Day, passant du temps à la maison des travailleurs catholiques de New York. Grâce aux Peacemakers, il a rencontré Bob et Marjorie Swann. Il s'est également lié d'amitié avec Jim Wallis chez Sojourners et Mitch Snyder au Center for Creative Nonviolence et a été impliqué de manière périphérique dans les efforts du CCNV pour établir un CLT à Washington DC en 1976. Deux ans plus tard, alors qu'il faisait partie du personnel de la Clamshell Alliance, s'organisant contre le La centrale nucléaire de Seabrook dans le New Hampshire. Matthei a aidé sœur Lucy Poulin à démarrer le CLT Covenant. La même année, il est invité par les Swann à rejoindre le conseil d'administration de l'Institute for Community Economics, alors basé à Boston. Il est devenu directeur exécutif de l'ICE en 1979.

Conférencier charismatique, il a sillonné le pays pendant et après son mandat à l'ICE, donnant des conférences et consultant sur les fiducies foncières communautaires, l'investissement socialement responsable, l'intendance des terres et le logement abordable. Il a recruté et dirigé les équipes qui ont produit En XNUMX, le Manuel de fiducie foncière communautaire (1982), le Common Ground diaporama (1985) et la première édition de En XNUMX, le Manuel juridique CLT (1991). Ce trio de produits a contribué à créer à la fois un vocabulaire standard et un cadre juridique pour le développement de fiducies foncières communautaires aux États-Unis.

Il a également guidé la formation de certains des premiers fonds de prêts communautaires et a présidé l'Association nationale des fonds de prêts de développement communautaire, une organisation qu'il a aidé à organiser. En 1991, il a fondé Equity Trust, Inc. pour promouvoir des structures alternatives pour la propriété des terres agricoles. Il a été directeur exécutif de l'organisation jusqu'à sa mort.

Pour aller plus loin

Emmett Jarrett, "Se souvenir de Chuck"

Chuck Matthei, « Mouvements de réforme agraire aux États-Unis : la théorie derrière la pratique ». Politique sociale (Printemps) : 36-45, 1992.

Chuck Matthei, « La valeur de la terre en économie ». Voyageurs (Novembre). 1993

Chuck Matthei, « Discours à la séance plénière d'ouverture de la Conférence nationale du CLT, Albuquerque, Nouveau-Mexique, 2000 ». Pp. 275-286 dans Le lecteur de fiducie foncière communautaire, John Emmeus Davis (éd.), Cambridge, MA : Lincoln Institute of Land Policy, 2010.