Anciennement Centre d'Innovation CLT

De Rio à Londres : un cadeau

La contribution suivante a été rédigée par Razia Khanom, membre du conseil d'administration du Centre pour l'innovation CLT, vice-présidente du Londres CLT:

Photo d'un escalier montant depuis un quartier de Rio de Janeiro avec un texte en portugais qui se traduit par "Quel est ton rêve ?"
Razia Khanom/Monter les escaliers avec « Qual é o seu sonho ? (« Quel est ton rêve ? » en anglais), Rio de Janeiro, octobre 2023

En janvier 2022, j'ai été invité à parler avec les communautés/groupes de travail de Rio de Janeiro dans leur travail visant à faire des CLT une réalité. J'ai découvert que même si nous avions un besoin et un désir communs de construire des logements abordables, l'ampleur des défis rencontrés à Rio ne m'était pas familière. À la fin de l'événement, les mots des commentaires d'un individu sont restés gravés en moi : « ne perdez jamais ce que vous avez construit ». Ce fut une expérience incroyablement revigorante. Même si les mondes et les langues étaient séparés, il y avait un sentiment de familiarité sur lequel je n'arrivais pas à mettre le doigt. J'ai été très reconnaissant pour l'expérience et les connaissances que les dirigeants communautaires ont transmises.

Avance rapide jusqu'au printemps/été 2023, ma chance m'a apporté une invitation de Rio de Janeiro à célébrer les cinq ans du mouvement CLT. Une expérience unique pour moi : ma famille devait venir. Ils ne sont pas souvent aux premières loges dans ce voyage que j'ai entrepris au cours des cinq dernières années.

L'hospitalité brésilienne, même si elle n'avait rien de spécial pour les locaux, venus de la City de Londres, était une bouffée d'air frais.

Nos voyages à Rio ont été une expérience intéressante. Le sentiment de curiosité est souvent suivi de demandes de savoir d'où nous venons. Le Royaume-Uni n’avait pas de sens, mais le Bangladesh semblait avoir placé toutes les pièces correctement, et la question clé « appréciez-vous votre séjour ici » se concluait souvent. C'est incroyable combien de conversations peuvent avoir lieu même avec la barrière de la langue. Le langage humain dépasse toujours.

En voyant un jacquier, j’ai réalisé qu’il y avait peut-être une explication au sentiment de familiarité. Cela me ramène à mon enfance lorsque mes parents nous rassemblaient, accrochés aux souvenirs de leur pays natal et à l'héritage qu'ils nous ont transmis. L’histoire oubliée de l’influence portugaise dans l’océan Indien a rapidement refait surface. Vous n'avez pas souvent l'occasion d'apprendre à votre guide touristique compétent qu'il s'agit du fruit national de votre patrie. Jusqu'à présent, encore connecté.

Photo d'un jacquier à Rio de Janeiro
Razia Khanom/Jacquier à Rio de Janeiro, octobre 2023

Vivant dans un quartier du centre de Londres, les similitudes de la fracture de richesse sont devenues une vision miroir des besoins sociaux visibles, mais tout comme les marches de Lapa, nous investissons toujours notre temps, nos efforts et notre argent dans la construction de nos maisons qui sont des trésors pour nous.

Photo des marches colorées de Lapa à Rio de Janeiro
Razia Khanom/Lapa fait un pas à Rio de Janeiro, octobre 2023

Providencia – « Paix, Justice, Liberté »

Photo de l'entrée du quartier/favela de Providência à Rio de Janeiro
Razia Khanom/Entrée de Providência à Rio de Janeiro

Vendredi 27 octobre 2023 : Aujourd'hui, mon esprit a été obligé de faire un virage à 180°. J'ai été mis au défi sur tout ce que je pensais savoir sur les favelas et les communautés qui y vivent.

Photo d'une porte ouverte avec une pancarte indiquant "Favela"
Razia Khanom/Porte ouverte avec panneau « Favela », Rio de Janeiro, octobre 2023

Nous sommes arrivés ici pour rencontrer notre pasteur et guide touristique résident Cosme Fellippsen. Le chantier bat son plein pour construire du moderne à côté de façades vétustes mais protégées. La sensation étrange dans l’air était lourde. J'ai dû découvrir grâce à notre guide qu'il s'agissait du quai de Valongo, où des millions de personnes emmenées de force ont non seulement perdu leur famille, mais ont également été déchues de leur identité. J'ai réfléchi à la façon dont le nom de famille de mes propres enfants était un signe révélateur de l'héritage commun qu'ils partageaient avec les descendants de ceux qui ont été forcés sur ce quai.

Photo du quai de Valongo à Rio de Janeiro
Razia Khanom/Valongo Wharf à Rio de Janeiro, octobre 2023

Alors que nous gravissions la colline escarpée vers la Favela Providência, nous étions entourés d'expressions artistiques qui exprimaient un million de mots de dévouement, de lutte et d'espoir. Loin des images déchirantes que je connais, non grâce à la représentation hollywoodienne connue sous le nom de Cité de Dieu, j'ai été surpris par le caractère unique et la variété des structures solides qui se présentaient parmi les maisons racontant des histoires de conflit. Bien loin des toits de tôle ondulée, des structures en bois fragiles et des bâches auxquelles je m'attendais par ignorance.

Photo d'une fresque murale sur le côté du bâtiment
Razia Khanom/Murale sur un bâtiment, Rio de Janeiro, octobre 2023
Photo d'une fresque murale sur le côté du bâtiment
Razia Khanom/Murale sur un bâtiment, Rio de Janeiro, octobre 2023

Cosme a profité de l'occasion pour demander ce que pensait la communauté musulmane sur la situation actuelle qui se déroule à Gaza. Tout en pesant lourdement mais silencieusement dans mon cœur, j'avais peur de partager mes pensées les plus profondes sans que l'accusation d'antisémitisme ne soit brandie comme nous en avons l'habitude lorsque nous parlons du droit à l'autodétermination. Une conversation incroyable s'est ensuivie qui, tout en prolongeant notre tournée, a mis en lumière les défis auxquels les communautés des favelas sont confrontées. Dans quelle mesure la répression était identique à celle des territoires occupés. Nous avons appris que Cosme avait perdu son frère à cause des brutalités policières et que « l’assassinat » de son jeune neveu était commis par un tireur d’élite employé par les forces de l’ordre, ce qui est presque identique aux images auxquelles nous sommes habitués en venant de Gaza et de Cisjordanie. Cela m’a serré le cœur d’entendre parler des vies parallèles qu’ils vivaient. En progressant de plus en plus profondément dans la Favela, nous en avons vu d'autres preuves : des bâtiments en partie démolis, des maisons endommagées par des impacts de balles et une grande perte du plus grand espace communautaire occupé par une station de téléphérique abandonnée.

Photo du pasteur et guide touristique résident Cosme Fellippsen
Razia Khanom/Photo de Cosme, Rio de Janeiro, octobre 2023

Des questions clés concernant la prise en charge des personnes handicapées, les urgences médicales, l'éducation, les établissements de santé et l'élimination des déchets ont surgi au sein de l'ingéniosité de la communauté pour construire des structures solides et renforcées et de jeunes visages heureux dans le parc de skateboard. Les chemins sont si étroits qu'il semblait impossible d'amener les matériaux de construction utilisés. C'est ici que le véritable esprit de communauté et la façon de le préserver prennent vie. Quelque chose que je n’ai vu démontré nulle part ailleurs. Le style et les plans du bâtiment garantissent que les communautés et les familles restent ensemble et qu'elles continuent de prospérer et de grandir ensemble, si elles en ont la possibilité.

Photo de la favela de Providência de loin
Razia Khanom/Favela Providencia, Rio de Janeiro, octobre 2023

On peut facilement apprécier la sûreté et la sécurité que le labyrinthe sans fin offre à ceux qui se trouvent à l'extérieur, cependant, les histoires que les maisons racontent sur la résilience de la communauté pour surmonter les injustices auxquelles elle a été soumise pendant des décennies rendent le nom Providência incroyablement approprié. Lorsque nous considérons l’effet du maintien de l’ordre excessif et des disparités raciales, nous constatons des défis parallèles pour la race et la classe sociale, que ce soit à Londres, au Royaume-Uni, aux États-Unis ou dans les pays du Sud. Il incombe à tous les autres de faire de la place à l’autoautonomie de ces communautés étonnantes, car elles ont plus à offrir à la stabilité plus large des communautés.

Célébration des cinq ans des CLT des Favela

Photo d'une fresque représentant un enfant tenant une branche d'arbre
Razia Khanom/Murale, Rio de Janeiro, octobre 2023

Nous avons pris connaissance des travaux en cours par Houston CLT et des projets incroyables livrés par Fideicomiso de la Tierra del Caño Martín Peña à Porto Rico et en prenant connaissance de la législation qui existe déjà au Brésil, j'ai vite compris que le Modèle CLT était bien mieux adapté à Rio de Janeiro.

La rencontre avec des membres de chacune des communautés a permis de mieux comprendre les défis uniques auxquels chaque groupe est confronté. Il a été difficile d'écouter les appels de l'ancienne génération pour qu'elle soit prise en compte dans les plans communautaires pour l'avenir. L’impact de la surveillance excessive des communautés était évident dans le manque de personnes en âge de travailler pour prendre soin des générations plus âgées sur lesquelles nous nous appuyons. Les communautés qui luttent pour se faire entendre par les politiciens sont une expérience à laquelle je peux personnellement m'identifier étant donné les défis auxquels nous sommes confrontés au sein de mon propre groupe de pilotage communautaire, après une campagne de huit ans interrompue après que nos politiciens locaux ont annulé leur soutien. Les plans sur la manière de soutenir chaque groupe au niveau communautaire dans un esprit d’intendance n’iront que jusqu’à présent. Il est vital pour le développement de Rio de Janeiro et d’autres grandes villes du monde qu’une plus grande implication des municipalités et du gouvernement s’améliore de manière exponentielle si nous voulons gagner du terrain face à cette crise mondiale du logement.

En savoir plus sur l'événement ici

Résidence Espérance

Vers la fin de ma visite à Rio de Janeiro, je n'étais pas préparé à ce qui m'attendait ici. Nous avons découvert une communauté « auto-construite ». Le projet a été conçu de manière très détaillée par la communauté avec une vision claire de ce qu'elle souhaitait pour que sa communauté s'installe et prospère.

Photo de l'entrée de la favela Residência Esperança
Razia Khanom/Photo de Residencial Esperança Favela, Rio de Janeiro, octobre 2023

Le coût des unités semblait totaliser ce que vous pourriez acheter des fenêtres au Royaume-Uni. Lorsqu’on leur a demandé si une « aide professionnelle » avait été apportée, ils ont simplement secoué la tête. Une attente qu’un petit groupe d’experts a passé beaucoup de temps à construire pendant leur temps libre m’a laissé quelque peu confus.

Photo d'un logement trouvé à Residencial Esperança Favela
Razia Khanom/Photo d'un logement trouvé dans la Residencial Esperança Favela, Rio de Janeiro, octobre 2023

Il s’agissait d’un projet véritablement mené par la communauté et développé dans tous les sens. Environ 80 bungalows distingués de deux chambres doubles ont tous été construits par les résidents qui y vivaient. Une communauté de 200 personnes ! Il n’était pas nécessaire qu’ils fassent appel à des professionnels, car c’étaient eux qui étaient les professionnels. L'artisanat transmis de génération en génération qui a vécu à l'unisson avec Mère Nature était plus que compétent sur la façon de construire et de faire prospérer un quartier. Tous les membres clés de la communauté impliqués dans la campagne, la conception, l'équilibrage des comptes, l'achat de matériaux d'origine locale et la construction étaient tous présents. Le soin apporté à leurs maisons, vieilles de huit ans, était évident et marqué par la personnalité unique des résidents.

La fierté qu’ils ont eu de nous inviter et de nous faire visiter n’était rien de moins qu’un honneur. La campagne incessante et les aspirations à tirer parti de leur succès actuel pour répondre aux besoins des autres en matière de logement étaient contagieuses. Tout ce que nous avons tous en commun est stupéfiant. Je ne savais pas que j'aurais plus à gagner que d'inspirer les merveilleuses communautés de Rio de Janeiro qui adoptent le modèle CLT qui leur semble si clairement adapté. Ils ont clairement démontré à quel point cette communauté était experte dans la compréhension et la prestation de ses besoins. C'était réconfortant de constater que le modèle CLT prouve que même si les valeurs fondamentales restent les mêmes, il est également flexible pour répondre aux besoins d'un collectif où qu'il se trouve dans le monde. Mes plus grands remerciements à Theresa Williamson, ma dernière sœur. Je suis venu à Rio de Janeiro et j'y ai laissé mon cœur mais j'ai eu à sa place l'espoir.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les points de vue ou positions du Centre for CLT Innovation.